Le tableau noir s’anime - (collège) Image / narration

Le tableau noir s’anime...

Ce travail a été réalisé alors que les salles de classes étaient encore équipées de tableaux noirs et de craies. Centré sur l’image et l’animation, il relève aussi des programmes actuels. Néanmoins, on peut penser que pour faire sens auprès des élèves, cette séquence si elle devait être mise en œuvre à nouveau après réappropriation et contextualisation devrait s’intituler "Le tableau blanc s’anime".

Quand les élèves sont entrés dans la salle, sur le tableau étaient écrits les mots "Arts plastiques"
La demande qui leur a été faite a été la suivante :
L’écran de l’ordinateur devient un tableau noir sur lequel les mots "arts plastiques" ont été écrits en blanc, comme s’ils avaient été écrits à la craie sur un vrai tableau noir. Vous concevrez une séquence animée dans laquelle les mots "arts plastiques" se transformeront en une série de dessins de votre choix.

L’animation sera réalisée à l’aide du logiciel Flash

Vous utiliserez uniquement la fonction "animation par interpolation de formes" et des outils de dessin (crayon, pinceau) laissant une trace blanche (comme de la craie).

Vous serez attentif aux images intermédiaires réalisées automatiquement par le logiciel, et vous devrez expérimenter plusieurs solutions en modifiant les images clés avant de considérer votre travail comme abouti.

Le travail s’est déroulé en une séance.
Les élèves étaient en salle multimédia, en classe entière à deux par poste, le poste professeur était relié au vidéoprojecteur permettant ainsi un visionnement collectif des images : explications techniques (rappel des fonctionnalités nécessaires (outils de dessin, images clés, interpolation de formes.), points en cours de séances et verbalisations d’étape et finale.

Il s’agissait d’appréhender l’ordinateur comme un partenaire dans la création, un véritable auxiliaire. Les images étant réalisées rapidement, l’acte artistique était dans la sélection des séquences et leur validation concrétisée par leur enregistrement sous forme de fichier informatique.

Il s’agissait de travailler la question des images intermédiaires et de réaliser des expérimentations jusqu’à obtention d’un résultat jugé satisfaisant.

En fin de séance au vidéo projecteur, une verbalisation a été réalisée sur une sélection de productions d’élèves. Les animations ont été lues et les images intermédiaires obtenues observées. L’oral a mis en évidence les relations forme/fond, forme/contour, ligne ouverte/ligne fermée, les notions de ressemblance, de contraste. Une typologie de mouvements obtenus a été faite.

Ils s’agissait de mettre en œuvre la création d’images animées et d’introduire, dans la question de l’image, celle de l’image virtuelle.
S’attarder sur, observer l’entre-deux des images clés, l’intervalle : évaluer les images intermédiaires obtenues et y travailler la question de l’artistique.
Il s’agissait enfin d’introduire par le morphing, l’interpolation plus ou moins automatique des formes et la gestion des images clés, une narration plus formelle qu’événementielle.

Il s’agissait enfin d’envisager l’usage du numérique en arts plastiques en tant que "Création assistée par ordinateur" : créer une situation permettant un dialogue avec l’ordinateur dont il fallait garder ou pas la proposition d’interpolation. Pour les élèves, travaillant en binôme, il s’agissait donc d’un questionnement actif tout au long du travail. Il s’agissait pour eux d’évaluer les réponses de la machine (l’ordinateur) : intéressantes ou non et pourquoi ? - artistiques ou non ?


Mme F. Grassias, Professeur d’Arts plastiques, Collège Descartes à Antony - 92.